Quelques photos du canton

                                                                                                                                                                                                                     

D'autres photos du canton

           

Le moulin de Nougayrol

La forêt des Ecrivains Combattants

Les ruines de Neyran

Les ruines de Neyran

Saint Pierre de Rhèdes

Eglise St Pierre de Rhèdes

Le musée laboratoire de Douch

C’était le 9 octobre 1960 qu’avait eu lieu l’inauguration du Musée-Laboratoire de Douch .

Ce Musée, qui avait vu le jour grâce à l’ « Association du Parc National du Caroux », devait faciliter l’étude de la nature du Caroux-Espinouse, servir à la  protection de la nature, la conservation d’espèces rares ou curieuses, introduire et acclimater des espèces animales ou végétales nouvelles pour la région.

Toutes ces activités répondaient à  l’exercice de missions éducatives diverses : scolaire, postscolaire, universitaire, scientifique même.
L’ancien presbytère de Douch fut loué à la commune de Rosis. Les bâtiments se composaient de 4 pièces. L’eau, l’électricité et le téléphone étaient à portée.

Le musée fut « meublé » grâce à des dons de mammifères oiseaux et reptiles (faune autochtone) et des cartons d’insectes récoltés dans le Caroux. Les débuts furent modestes, mais petit à petit, le Musée s’est enrichi par les récoltes et les apports des membres de l’A.P.N.C. et de diverses sociétés ou services publics. 

Quant au laboratoire, il disposait :

  • de quelques appareils d’observation (microscopes, loupes binoculaires, loupes simples, réactifs, fixateurs, liquides de conservation, …)
  • d’instruments utilisés en écologie courante (thermomètres, hygromètres, potentiomètres, luxmètres,…)
  • d’une bibliothèque avec des ouvrages classiques de détermination des animaux, végétaux et roches,
  • d’une photothèque réalisée à partir de collections personnelles,
  • d’un fichier sur la faune, la flore, les minéraux
  • d’un herbier du massif cryptogamique* et phanérogamique*.

Dans l’ancien jardin attenant aux bâtiments, d’une surface d’environ quatre ares, fut installé un jardin cévenol groupant les végétaux communs du massif Caroux-Espinouse ainsi que les curiosités et les raretés comme les saxifraga Prostii sur rochers, Antirrhinum asarina, Lycopodium inundatum en tourbière miniature, Drosera rotundifolia, …

Le Musée était ouvert les dimanches et jours fériés, le laboratoire, par contre, était ouvert aux chercheurs munit d’une autorisation écrite spéciale. Ces derniers pouvaient séjourner à l’Auberge du Logis Neuf, chez l’habitant, dans les refuges forestiers voisins ou même sous la tente. Une entente avec l’Inspection Académique de l’Hérault fut même envisagée pour des séjours éventuels à la colonie de vacances de Douch.

L ‘entretien et la surveillance de l’ensemble furent confiés à M. Eloi GAIRAUD de Douch.

En 1970, l’A.P.N.C. (Association du Parc National du Caroux ) est dissoute, elle est remplacée par la S.P.N.L.R. (Société de Protection de la Nature du Languedoc-Roussillon) qui prend en charge la gestion du laboratoire et des lieux d’hébergements mis à la disposition des chercheurs scientifiques.


Malheureusement, il n'y a plus ni musée, ni laboratoire, ni jardin !

 * cryptogamique : concerne les mousses, les champignons, les fougères, …


 * phanérogamique : concerne les plantes à fleurs apparentes.

 Bibliographie :
Bulletins de l’
Association du Parc National du Caroux,
La réserve nationale de faune du Caroux-Espinouse de M. Gilbert MASSOL